Qu’est-ce que « le péché impardonnable ou irrémissible » ?




Question : "Qu’est-ce que « le péché impardonnable ou irrémissible » ?"

Réponse :
Le cas du « péché impardonnable/irrémissible » ou du « blasphème contre le Saint Esprit » est évoqué dans Marc 3 : 22-30 et Matthieu 12 : 22-32. Le terme « blasphème » peut être généralement défini comme une « irrévérence défiante ». Nous pourrions appliquer ce terme à des péchés tels que maudire Dieu ou mépriser volontairement les choses de Dieu. C’est aussi attribuer à Dieu de la méchanceté ou nier le bien qui nous vient de Lui. Le cas du blasphème est, cependant, bien spécifique : on le désigne sous le terme de « blasphème contre le Saint Esprit » dans Matthieu 12 : 31. Dans ce passage, les Pharisiens qui ont été témoins de la preuve irréfutable des miracles que Jésus a faits par la puissance du Saint Esprit, affirment pourtant qu’Il était sous la possession du démon Belzébul (Matthieu 12 : 24). Dans Marc 3 : 30, Jésus explique avec précision pourquoi ce qu’ils ont fait relève exactement « du blasphème contre le Saint Esprit ».

Ce blasphème consiste en fait à accuser Jésus-Christ en personne (sur terre) d’être possédé par le démon. Il y a d’autres façons de blasphémer contre le Saint Esprit (en Lui mentant, par exemple, comme dans le cas d’Ananias et Saphira dans Actes 5 : 1-10), mais l’accusation de la personne de Jésus Lui-même était « le » blasphème impardonnable par excellence. De fait, le péché irrémissible contre le Saint Esprit ne peut pas se reproduire de nos jours.

Le seul péché impardonnable aujourd’hui est celui de l’incrédulité permanente. Il ne peut y avoir de pardon pour une personne qui meurt dans l’incrédulité. Jean 3 : 16 nous dit : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils Unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ». La seule raison pour laquelle quelqu’un peut ne pas être pardonné est justement de ne pas faire partie de ceux qui « croient en Lui ». Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14 : 6). Rejeter le seul moyen de salut possible, c’est se condamner soi-même à vivre toute l’éternité en enfer ; en effet, rejeter volontairement le seul pardon possible qui existe est, de toute évidence, impardonnable.

Beaucoup de gens ont peur d’avoir commis un péché que Dieu ne saurait pardonner, et ils pensent qu’il n’y a plus d’espérance possible pour eux quoiqu’ils fassent. Rien ne fait plus plaisir à Satan que de nous maintenir dans cette position erronée. A vrai dire, si une personne est dans cette crainte, il lui suffit de venir devant Dieu, de confesser son péché, de se repentir, et d’accepter la promesse de pardon de Dieu. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1 : 9). Ce verset nous donne l’assurance que Dieu est prêt à pardonner tout péché – quelle que soit son atrocité - si nous venons à Lui dans la repentance. Si vous vous sentez aujourd’hui sous le poids de la culpabilité, sachez que Dieu attend, avec Ses bras d’amour et de compassion grand’ ouverts, que vous veniez à Lui. Il ne vous décevra jamais et il ne manquera jamais de pardonner tous ceux qui s’approchent ainsi de Lui dans cette attitude de repentance.


Retour à la page d’accueil Français

Qu’est-ce que « le péché impardonnable ou irrémissible » ?