www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Qu’est-ce que l’amillénarisme ?"

Réponse :
L’amillénarisme, est le nom donné à la pensée de ceux qui croient qu’il n’y aura pas de règne du Christ pendant « mille ans » (au sens littéral du mot). On appelle les partisans de cette conviction les amillénaristes. Le préfixe « a » dans amillénarisme signifiant « non » ou « pas ». « Amillénariste » signifie donc « pas de millenium » : ceci diffère complètement du point de vue le plus largement répandu et connu qu’est le prémillénarisme (selon lequel la seconde venue du Christ aura lieu avant Son règne des mille ans (le règne de « mille ans » étant pris au sens littéral) ; cela est différent aussi du courant de pensée beaucoup moins répandu qu’est le post-millénarisme (croyance selon laquelle le Christ reviendra après que les Chrétiens, - et non le Christ Lui-même - aient établi le Royaume sur cette terre).

Pour être honnête envers les amillénaristes, il est bon de préciser qu’ils ne croient pas, à vrai dire, qu’il n’y ait pas du tout de millénium. Ils ne croient tout simplement pas en en un millénium, au sens littéral du terme, c’est-à-dire à un règne du Christ sur la terre pendant mille ans ; ils croient par contre que le Christ est maintenant assis sur le trône de David et que l’ère actuelle de l’Eglise est déjà le Royaume sur lequel le Christ règne. Il n’y a aucun doute : le Christ est aujourd’hui assis sur un trône, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il s’agit de celui que la Bible appelle le trône de David. Il n’y a aucun doute : le Christ règne maintenant, car Il est Dieu. Mais cela ne signifie pas qu’Il règne sur le Royaume du millénium.

Afin que Dieu puisse tenir ses promesses à l’égard d’Israël et de Son alliance avec David (2 Samuel 7 : 8-16, 23 : 5 ; Psaume 89 : 3-4), il faut qu’un royaume existe sur cette terre, littéralement et concrètement. Douter de cela, c’est remettre en question le désir même de Dieu et/ou sa capacité à respecter ses engagements, ce qui ouvre alors la porte à une foule d’autres problèmes théologiques. Par exemple, si Dieu manquait à Ses promesses envers Israël, alors qu’Il les avait déclarées Lui-même « éternelles », comment pourrions-nous être sûrs de tout ce qu’Il a promis, y compris les promesses du salut pour les croyants en Jésus-Christ ? La seule solution, est de croire en Sa Parole, et de comprendre que Ses promesses seront littéralement accomplies.

Voici les précisions bibliques qui confirment qu’un royaume terrestre sera bel et bien établi :

1) les pieds du Christ vont réellement toucher le Mont des Oliviers avant l’établissement de Son règne (Zacharie 14 : 4, 9) ;

2) pendant son règne, le Messie exécutera Sa justice et Son Jugement sur la terre (Jérémie 23 : 5-8) ;

3) le royaume est décrit comme étant sous les cieux (Daniel 7 : 13-14 , 27) ;

4) les prophètes avaient annoncé des changements dramatiques sous les cieux (Actes 3 : 21 ; Esaïe 35 : 1-2 , 11 : 6-9, 29 : 18, 65 : 20-22 ; Ezéchiel 47 : 1-12 ; Amos 9 : 11-15) ;

5) Enfin, l’ordre chronologique des événements dans l’Apocalypse indiquent l’existence d’un royaume terrestre avant la fin de l’histoire du monde (Apocalypse 20).

Le problème de l’amillénarisme, c’ est qu’on utilise une méthode d’interprétation pour les prophéties inaccomplies différente de celle utilisée pour l’Ecriture non prophétique et les prophéties déjà accomplies. L’Ecriture non prophétique et les prophéties accomplies sont interprétées selon le sens littéral ou normal. Mais, les amillénaristes, estiment que les prophéties inaccomplies doivent être interprétées spirituellement ou non littéralement. Les partisans de cette conception amillénariste pensent qu’une lecture « spirituelle » d’une prophétie inaccomplie est la manière la plus normale de lire ces textes. On appelle cela utiliser une double herméneutique. (L’herméneutique étant l’étude des principes d’interprétation). L’amillénariste est convaincu que les prophéties inaccomplies sont en partie, voire en totalité, écrites dans un langage symbolique, figuratif et spirituel. Par conséquent, l’amillénariste attribuera des sens très différents à ces textes de l’Ecriture, au lieu du sens normal et contextuel habituel de ces mots.

Le problème de cette interprétation des prophéties inaccomplies, c’est qu’elle ouvre la porte à un grand éventail d’interprétations possibles. Si vous n’interprétez pas l’Ecriture dans son sens premier et normal, vous obtiendrez une multitude de significations. Et pourtant Dieu, l’auteur ultime de toute l’Ecriture, avait bien un sens précis dans Son esprit lorsqu’Il inspira les auteurs humains pour l’écriture de ces textes. Certes, il peut y avoir de nombreuses applications pour un seul passage de l’Ecriture, mais il n’existe qu’un seul sens, et ce sens est celui que Dieu Lui-même a voulu lui donner. Ainsi, le fait qu’une prophétie se soit accomplie selon les termes précis avec lesquels elle a été préalablement annoncée, est sans nul doute le meilleur des arguments pour comprendre qu’une prophétie inaccomplie s’accomplira selon le même processus. Les prophéties concernant la première venue de Christ se sont toutes accomplies à la lettre. Par conséquent, il faut s’attendre à ce que les prophéties concernant la seconde venue du Christ se réalisent de la même façon : c’est-à-dire à la lettre. Pour toutes ces raisons, une interprétation allégorique des prophéties inaccomplies devrait être rejetée et une interprétation littérale ou normale des prophéties inaccomplies devrait être adoptée. L’amillénarisme ne tient pas debout parce qu’il utilise des herméneutiques non cohérentes entre elles : à savoir, une interprétation des prophéties inaccomplies avec une méthode différente de celle utilisée pour les prophéties déjà accomplies.

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.