www.GotQuestions.org/Francais



Question : "Est-ce que les chrétiens doivent continuer à demander pardon pour leurs péchés ? Est-ce que tous nos péchés sont pardonnés ?"

Réponse :
La question qui revient souvent est : « qu’arrive-t-il si je pèche et que je meurs avant d’avoir pu le confesser à Dieu ? » Une autre question fréquente est : « qu’arrive-t-il si je commets un péché et qu’ensuite je l’oublie et que je ne le confesse jamais à Dieu ? » Ces deux questions reposent sur une supposition erronée. Le salut ne repose pas sur le fait que les croyants essayent de confesser leurs péchés et de s’en repentir avant de mourir. Le salut n’est pas basé sur le fait que les chrétiens ont confessé et se sont repentis de chacun de leurs péchés. Oui, nous devrions confesser à Dieu nos péchés dès que nous en avons pris conscience. Mais nous ne devons pas pour autant toujours être en train de demander pardon à Dieu. Quand nous avons placé notre foi en Jésus-Christ concernant le salut, tous nos péchés ont été pardonnés. Cela inclut le passé, le présent et le futur, les petits comme les gros péchés. Les chrétiens ne doivent pas continuer à demander pardon à Dieu ou se repentir pour que leurs péchés soient pardonnés. Jésus est mort pour payer le prix de tous les péchés, et quand il sont pardonnés, ils sont pardonnés (Colossiens 1 : 14 ; Actes 10 : 43).

Ce que nous devons faire, c’est confesser nos péchés : « si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste et bon pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité (1 Jean 1 : 9). Ce que nous dit ce verset, c’est de confesser nos péchés à Dieu. Le mot « confesser » signifie « être d’accord avec ». Quand nous confessons nos péchés à Dieu, cela signifie que nous sommes d’accord avec Dieu : nous reconnaissons avoir mal agi et donc avoir péché. Dieu nous pardonne, par le moyen de la confession, sur la base d’un processus déjà en cours : parce qu’Il est « fidèle et juste ». Comment Dieu est-Il « fidèle et juste ? » Il est fidèle en pardonnant nos péchés, comme Il a promis de le faire pour tous ceux qui ont reçu Christ comme leur Sauveur. Il est juste en prenant en compte le prix payé par Christ pour nos péchés, reconnaissant ainsi leur rachat.

Dans le même temps, 1 Jean 1 : 9 déclare que d’une certaine manière le pardon de nos péchés dépend de leur confession à Dieu. Comment est-ce compatible avec le fait que nos péchés ont été pardonnés au moment même où nous avons reçu Christ comme notre Sauveur ? Il semble que ce que l’apôtre Jean décrit ici concerne le pardon dans le cadre « relationnel ». Tous nos péchés sont pardonnés en ce qui concerne notre position légale devant Dieu, au moment où nous reconnaissons Christ comme notre Sauveur. Ce pardon légal garantit notre salut et la promesse d’une demeure éternelle dans le ciel. Quand nous nous trouverons devant Dieu après la mort, Dieu ne nous refusera pas l’entrée au ciel à cause de nos péchés. Voilà ce qu’est le pardon légal ou « juridique ». Le concept du pardon dans le cadre de notre relation à Dieu est basé sur le fait que lorsque nous péchons, nous offensons Dieu et attristons Son Esprit (Ephésiens 4 : 30). S’il est entièrement vrai que Dieu nous a définitivement pardonné nos péchés, ils restent cependant la cause d’un blocage dans notre relation avec Lui. Un jeune garçon qui pèche contre son père n’est pas chassé de sa famille. Un père plein de l’amour de Dieu pardonne à ses enfants de façon inconditionnelle. En même temps, il ne peut y avoir de bonne relation entre un père et son fils que lorsque leur relation a été restaurée : C’est-à-dire lorsque l’enfant confesse ses fautes à son père et lui en demande pardon. C’est pour cela que nous confessons nos péchés à Dieu – non pour conserver notre salut, mais pour rétablir une relation intime avec Dieu, ce Dieu qui nous aime et qui nous a déjà pardonnés.

© Copyright 2002-2014 Got Questions Ministries.