L’annihilationisme est-il biblique ?




Question : "L’annihilationisme est-il biblique ?"

Réponse :
L’annihilationisme est la croyance que les incroyants ne feront pas l’expérience d’une éternité en enfer, mais qu’ils seront plutôt « anéantis » après leur mort. Croire en l’annihilationisme est le résultat d’une mécompréhension d’un ou plusieurs des doctrines suivantes : (1) la conséquence du péché, (2) la justice de Dieu, (3) la nature de l’Enfer.

En relation avec la nature de l’Enfer, les annihilationistes se méprennent sur le sens du lac de feu. Il est évident que si un humain est jeté dans un lac de lave incandescente, il se désintégrera instantanément. Toutefois, le lac de feu est un royaume tant spirituel que physique. Il ne s’agit pas simplement d’un corps humain que l’on jette dans le lac de feu, c’est un humain corps, âme et esprit. La nature spirituelle ne peut être consumée par le feu physique. Il semblerait que les non rachetés soient ressuscités avec un corps préparé pour l’éternité tout comme les rachetés (Apocalypse 20:13; Actes 24:15). Ces corps sont préparés pour un sort éternel.

L’éternité est un autre aspect que l’annihilationisme ne parvient pas à comprendre correctement. Les annihilationistes ont raison de souligner que le mot grec « aionion », normalement traduit par éternité, ne signifie pas par définition éternel. Il fait référence en particulier à un « âge » ou « des siècles », une période de temps spécifique. Toutefois, il est clair que l’usage néotestamentaire de « aionion » fait parfois référence à une durée de temps éternelle. Apocalypse 20:10 parle de Satan, de la bête et du faux prophète comme étant jetés dans le lac de feu et torturés « nuit et jour, pour toujours et toujours ». Il est clair que ces trois-là ne sont pas « anéantis » au moment d’être précipités dans le lac de feu. Pourquoi donc le sort des non rachetés serait-il différent (Apocalypse 20:14-15) ? La preuve la plus convaincante pour l’éternité de l’enfer est Mattieu 25:46 : « Et ils (les méchants) iront subir la peine éternelle, tandis que ceux qui ont fait la volonté de Dieu iront à la vie éternelle. ». Dans ce verset, il s’agit strictement du même mot pour décrire le sort des mauvais et le sort des justes. Si les justes ne sont tourmentés que pour un « âge », alors les justes aussi ne connaîtront le Paradis que pour un âge. Si les croyants seront au Paradis pour toujours, les incroyants seront en Enfer pour toujours.

Une autre objection fréquente des annihilationistes à l’éternité de l’Enfer est qu’il serait injuste de la part de Dieu de punir pour l’éternité une somme finie de péché. Est-ce juste que Dieu condamne quelqu’un, qui a vécu disons 70 ans de vie dans le péché, pour toute l’éternité ? La réponse est celle-ci – notre péché porte une conséquence éternelle parce qu’il est en fin de compte un péché contre un Dieu éternel. Quand le Roi David commit son péché d’adultère et de meurtre il déclara : « C'est contre toi seul que j'ai mal agi, puisque j'ai fait ce que tu désapprouves. » (Psaumes 51:6). David avait péché contre Batchéba et Urie, comment put-il donc déclarer avoir péché contre Dieu seul ? David avait compris qu’en fin de compte, tout péché est contre Dieu. Dieu est un Etre eternel et infini. Il en résulte que tout péché mérite une punition éternelle. A titre d’exemple, comparez les conséquences d’une attaque sur votre voisin et une attaque sur le Président des Etats-Unis. Tous deux actes sont un crime, mais attaquer le Président portera de bien plus fortes conséquences. Combien plus alors le péché contre un Dieu saint et infini justifie de terribles conséquences ?

Un aspect plu personnel de l’annihilationisme est l’idée que nous ne pourrions certainement pas être heureux au Paradis sachant que des êtres chers souffrent un tourment éternel en Enfer. Quand nous arrivons au Paradis, nous n’aurons à nous plaindre de rien et rien ne nous attristera. Apocalypse 21:4 nous dit : « Il essuiera toute larme de leurs yeux. Il n'y aura plus de mort, il n'y aura plus ni deuil, ni lamentations, ni douleur. En effet, les choses anciennes auront disparu. ». Si d’aucuns de nos êtres chers ne sont pas au Paradis, nous serons à 100% en accord avec le fait qu’ils n’y soient pas – ils se seront condamnés eux-mêmes par leur propre refus d’accepter Jésus-Christ comme leur Sauveur (Jean 3:16 ; Jean 14:6). C’est difficile de comprendre cela, mais nous ne serons pas attristés par leur absence. Notre attention dès lors ne devrait pas être sur comment allons-nous apprécier le Paradis sans nos chers, mais plutôt pouvons nous les mener à la foi en Christ – afin qu’ils y soient.

L’enfer est peut-être la première raison pour laquelle Dieu envoya Jésus-Christ pour payer la pénalité pour nos péchés. Etre anéanti après la mort n’est pas un sort à redouter, mais une éternité en Enfer l’est certainement. La mort de Jésus est une mort infinie, couvrant l’infinité de nos péchés – afin que nous ne devions pas en payer la conséquence en Enfer pour l’éternité (2 Corinthiens 5:21). Tout ce que nous devons faire est de placer notre foi en lui et nous sommes sauvés, pardonnés, lavés et nous recevons la promesse d’une demeure éternelle au Paradis. Dieu nous a aimés au point de pourvoir à notre salut. Si nous rejetons son don de la vie éternelle, nous devons subir les conséquences de ce choix.


Retour à la page d’accueil Français

L’annihilationisme est-il biblique ?