Existe-t-il un lieu appelé « ciel » ?




Question : "Existe-t-il un lieu appelé « ciel » ?"

Réponse :
Le ciel est un lieu bien réel. La Bible nous dit que le ciel est le trône de Dieu (Esaïe 66 : 1 ; Actes 7 : 48-49 ; Matthieu 5 : 34-35). Après la résurrection de Jésus et son apparition aux disciples, il est dit : « Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et il s’assit à la droite de Dieu » (Marc 16 : 19 ; Actes 7 : 55-56). « Le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu » (Hébreux 9 : 24). Jésus non seulement nous a précédés dans le ciel en y entrant pour nous, mais Il est Vivant et Il exerce actuellement son ministère au ciel, comme souverain sacrificateur, dans un véritable tabernacle dressé par Dieu (Hébreux 6 : 19-20 ; 8 : 1-2).

Il nous est également dit par Jésus Lui-même qu’il y a plusieurs demeures dans le ciel dans la maison de Dieu et qu’Il y est allé avant nous pour nous y préparer une place. Nous avons la promesse de Sa parole qu’Il reviendra un jour sur terre pour nous prendre avec Lui là où Il demeure dans le ciel (Jean 14 : 1-4). Notre foi en une demeure éternelle dans le ciel s’appuie sur une promesse explicite de Jésus Lui-même. Le ciel est de façon certaine un lieu bien réel. Le ciel existe bel et bien !

Quand les gens nient l’existence du ciel, ils nient non seulement la Parole écrite de Dieu, mais ils nient aussi les désirs les plus profonds de leur propre cœur. Paul s’est exprimé sur cette question dans la lettre qu’il a adressée aux Corinthiens, les encourageant à s’accrocher à cette espérance du ciel afin que leur cœur ne se décourage pas. Bien que nous « gémissions et soupirions » à cause de notre condition terrestre, nous avons cependant toujours cette espérance du ciel qui est devant nous et nous languissons après elle (2 Corinthiens 5 : 1-4). Paul exhorte les Corinthiens à garder leur regard fixé sur leur demeure éternelle dans le ciel, car seule cette perspective leur permettra d’endurer les épreuves et les déceptions de la vie. « Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons non pas aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles ; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » (2 Corinthiens 4 : 17-18).

Tout comme Dieu a mis dans le cœur de l’homme la connaissance de Son existence (Romains 1 : 19-20), ainsi aussi sommes-nous « programmés » pour désirer le ciel. C’est d’ailleurs le thème d’un nombre incalculable de livres, chants, et œuvres d’art. Malheureusement, notre péché a barré le chemin du ciel. Comme le ciel est la demeure d’un Dieu saint et parfait, le péché ne peut y avoir sa place et ne peut y être toléré. Heureusement, Dieu nous a donné la clé qui ouvre les portes du ciel : Jésus-Christ (Jean 14 : 6). Tous ceux qui croient en Lui et cherchent le pardon de leurs péchés trouveront les portes du ciel grand ’ouvertes pour eux. Que la gloire future de notre demeure éternelle nous motive tous pour servir fidèlement Dieu de tout notre cœur. « Puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu’il a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire de sa chair, et nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu ; approchons-nous donc avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure » (Hébreux 10 : 19-22).


Retour à la page d’accueil Français

Existe-t-il un lieu appelé « ciel » ?