Quels sont les obstacles à une prière efficace ?




Question : "Quels sont les obstacles à une prière efficace ?"

Réponse :
L’obstacle majeur pour une prière efficace est la présence de péchés non confessés chez celui qui prie. Parce que notre Dieu est saint, il y a une barrière entre Lui et nous quand nous venons devant Lui avec un péché non confessé dans nos vies. « Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et votre Dieu » (Esaïe 59 : 2). David savait cela, il avait expérimenté lui-même que Dieu est loin de ceux qui essayent de cacher leurs péchés : « « Si j’avais conçu l’iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’aurait pas exaucé » (Psaume 66 : 18).

La Bible fait référence à différentes catégories de péchés faisant obstacle à une prière efficace. La première est celle de la chair. Quand nous vivons selon la chair et non selon l’Esprit, notre désir de prier et notre capacité de communiquer normalement avec Dieu sont entravés. Bien que nous recevions une nouvelle nature lors de notre nouvelle naissance, cette nouvelle nature réside encore dans notre corps de chair, et cette vieille « tente » est corrompue et pécheresse. A tout moment, la chair peut gagner le contrôle de nos actions, attitudes, et motivations à moins que nous ne nous appliquions à « faire mourir les œuvres de la chair » (Romains 8 : 13) et que nous ne soyons conduits par l’Esprit dans une juste relation à Dieu. Alors seulement, nous serons en mesure de prier dans une étroite communion avec Lui.

L’une des manifestations de la vie selon la chair, c’est l’égoïsme qui est un autre obstacle à l’efficacité de la prière. Quand nos prières sont motivées par l’égoïsme, quand nous demandons à Dieu ce que ne voulons plutôt que ce qu’Il veut, nos motivations sont une entrave à nos prières. « Nous avons auprès de Lui cette assurance que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute » (1 Jean 5 : 14). Demander selon la volonté de Dieu signifie que l’on se soumet par avance à Sa volonté quelle qu’elle soit, que nous sachions ou non quelle est cette volonté. Comme en toutes choses, Jésus doit être notre modèle dans la prière. Il a toujours prié selon la volonté de son Père : « non pas ma volonté, mais la tienne » (Luc 22 : 42). Les prières égoïstes sont toujours celles qui visent à satisfaire nos désirs égoïstes et nous ne devrions pas alors nous attendre à ce que Dieu exauce de telles prières. « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions » (Jacques 4 : 3).

Vivre selon nos désirs égoïstes et charnels entravera aussi nos prières parce que cela produit une dureté de cœur à l’égard des autres. Si nous sommes indifférents aux besoins des autres, nous devons nous attendre à ce que Dieu soit indifférent à nos propres besoins. Quand nous nous présentons devant Dieu dans la prière, notre première préoccupation devrait être de faire Sa volonté. La deuxième devrait être le besoin des autres. Ceci découle du fait que nous devons considérer les autres plus que nous-mêmes et nous préoccuper de leurs propres intérêts avant les nôtres (Philippiens 2 : 3-4).

Un autre obstacle majeur à une prière efficace est d’être lié par un esprit de non pardon à l’égard des autres. Quand nous refusons de pardonner aux autres, une racine d’amertume grandit dans notre cœur et étouffe nos prières. Comment pouvons-nous espérer que Dieu va déverser Ses bénédictions sur nous – pécheurs indignes – si nous nourrissons dans nos cœurs de la haine et de l’amertume pour les autres ¸Ce principe est magnifiquement illustré par la parabole du serviteur qui ne pardonna pas dans Matthieu 18 : 23-35. Cette histoire nous enseigne que Dieu a pardonné notre dette (notre péché) bien au-delà de toute mesure, et Il attend de nous que nous pardonnions aux autres comme Il nous a pardonnés. Refuser cela implique que les prières que nous Lui adresserons seront bloquées.

Un autre obstacle majeur à la prière, c’est notre incrédulité et notre doute. Ce qui ne signifie pas pour autant que, comme certains le suggèrent, parce que nous venons devant Dieu avec l’assurance qu’Il va exaucer nos requêtes, Il est obligé impérativement de le faire. Prier sans douter, cela veut dire prier avec une entière conscience et compréhension du caractère de Dieu, de sa nature et de ses intentions. « Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent ». (Hébreux 11 : 16). Quand nous venons devant Dieu dans la prière, si nous doutons de son caractère, de ses projets pour nous et de ses promesses, cela constitue une terrible insulte pour Lui. Notre confiance doit totalement reposer sur Sa capacité à agréer toute requête en accord avec Sa volonté et Ses projets pour nos vies. Nous devons prier avec la certitude que quels que soient Ses projets pour nous, c’est le meilleur scénario possible pour nous. « Mais qu’il la demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies ». (Jacques 1 : 6-7).

Enfin, la discorde dans sa propre maison est un obstacle évident à la prière. Pierre souligne cela lorsqu’il fait mention des prières d’un homme dont l’attitude vis-à-vis de sa femme est pour le moins irrespectueuse. « Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec votre femme, comme avec un sexe plus faible ; honorez la, comme devant hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières ». (1 Pierre 3 : 7). Là où il y a un sérieux conflit dans les relations familiales et où le chef du foyer n’est pas dans l’attitude que mentionne Pierre, les prières de l’époux à son Dieu seront entravées. De même, les épouses doivent respecter les principes bibliques de la soumission de l’épouse à son époux qui est son chef, si elle veut que ses propres prières ne soient pas entravées. (Ephésiens 5 : 22-24).

Heureusement, tous ces obstacles à la prière peuvent être éliminés immédiatement en venant devant Dieu avec des prières de confession et de repentance. Nous sommes assurés dans 1 Jean 1 : 9 que « si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité ». Une fois que nous avons fait cela, nous bénéficions désormais d’un canal de communication avec Dieu, et nos prières non seulement seront entendues et exaucées, mais nous serons aussi envahis par une joie profonde.


Retour à la page d’accueil Français

Quels sont les obstacles à une prière efficace ?