Quelle est la vue prétériste de la fin des temps ?




Question : "Quelle est la vue prétériste de la fin des temps ?"

Réponse :
La vue prétériste considère l’Apocalypse comme une représentation symbolique des conflits – déjà passée – de l’Eglise primitive. Cette vue nie la nature prédictive du livre de l’Apocalypse. A divers degrés, cette vue combine les interprétations allégoriques et symboliques avec le concept que l’Apocalypse ne fait pas référence à des évènements futurs précis. Le mouvement prétériste enseigne que toutes les prophéties de la fin des temps se sont accomplis en 70 ap. JC quand les Romains ont attaqués et détruit Jérusalem et Israël.

Bien que les lettres aux églises des chapitres 2 et 3 de l’Apocalypse furent adressées à de vraies églises du premier siècle – et elles ont des applications pour l’Eglise aujourd’hui – les chapitres 6 à 22 traitent des évènements qui sont encore dans le futur. Il n’y a aucune raison d’interpréter les prophéties non accomplies de manière allégoriques. Prenez en exemple tous les versets de l’Ancien Testament annonçant la première venue du Christ. Christ est venu au temps qui avait été annoncé pour sa venue (Daniel 9:25-26). Christ est né d’une vierge (Esaïe 7:14). Christ a souffert et il est mort pour nos péchés (Esaïe 53:5-9). Ce ne sont que quelques exemples des centaines de prophéties vétérotestamentaires que le Seigneur donna aux prophètes et qui sont enregistrés dans les Ecritures, prophéties qui se sont réalisées littéralement. Il ne fait tout simplement pas sens d’essayer d’allégoriser les prophéties inaccomplies ou de comprendre ces prophéties autrement qu’elles ne sont écrites.

Quand vous lisez les chapitres 6 à 18 de l’Apocalypse, vous découvrez les temps les plus terribles qui doivent se réaliser sur terre – le temps quand la bête (l’antéchrist) régnera pour sept ans (la Grande Tribulation) et quand le faux prophète poussera la planète entière à adorer la bête comme un dieu. Puis au chapitre 19, les évènements atteignent un paroxysme avec le retour littéral du Christ. Christ vainc alors la bête et le faux prophète à la bataille d’Armageddon, et les jette ensuite dans le lac de feu. Au chapitre 20, Christ fait lier Satan dans l’abysse et instaure son royaume terrestre de 1000 ans. A la fin de ce millénaire, Satan est libéré et cause une brève rébellion, mais le Christ mais un terme rapide à cette rébellion et jette Satan dans le lac de feu. Puis c’est le jugement final, la résurrection et le jugement de tous les incroyants. Les chapitres 21 et 22 décrivent la condition éternelle – la présence et la communion éternelle avec le Seigneur que seront la joie des croyants.

Le prétérisme est tout à fait contradictoire dans son interprétation du livre de l’Apocalypse. Selon le vue de la fin des temps des prétéristes, les chapitres 6 à 18 de l’Apocalypse sont symboliques et allégoriques, et ne décrivent pas littéralement des évènements à venir. Par contre, le chapitre 19, selon les prétéristes, doit être compris au sens littéral. Jésus-Christ reviendra physiquement, littéralement. Puis le chapitre 20 est à nouveau interprété allégoriquement par les prétéristes. Finalement, les chapitres 21 et 22 sont compris au moins partiellement de manière littérale, qu’il y aura effectivement un Nouveau Ciel et une Nouvelle Terre. Personne ne nie que l’Apocalypse contienne des visions grandioses et parfois confuses. Personne ne nie que l’Apocalypse décrive certaines choses de manière figuratives. Toutefois, refuser la nature littérale de certaines portions de l’Apocalypse conduit à n’interpréter aucune portion de l’Apocalypse littéralement. Si les sceaux, trompettes, bols témoins, 144000, bête, faux prophète, Royaume Millénaire, etc. sont allégoriques ou symboliques, sur quelle base pourrait prétendre alors que la Seconde Venue et la Nouvelle Terre sont à comprendre littéralement ? Voilà la faille du prétérisme – il ramène l’Apocalypse aux vues de l’interprète. Au contraire, nous avons à la lire, la croire et lui obéir – littéralement et précisément.


Retour à la page d’accueil Français

Quelle est la vue prétériste de la fin des temps ?