Pourquoi Dieu a-t-il demandé des sacrifices d’animaux dans l’Ancien Testament ?




Question : "Pourquoi Dieu a-t-il demandé des sacrifices d’animaux dans l’Ancien Testament ?"

Réponse :
Dieu a demandé des sacrifices d’animaux pour accorder temporairement le pardon des péchés et annoncer le sacrifice complet et parfait de Jésus-Christ (Lévitique 4 : 35, 5 : 10). Le sacrifice d’animaux est un thème important dans l’Ecriture car « sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon » (Hébreux 9 : 22). Quand Adam et Eve péchèrent, des animaux furent tués par Dieu pour leur procurer des vêtements (Genèse 3 : 21). Caïn et Abel apportèrent des sacrifices à Dieu. Celui de Caïn ne fut pas accepté par Dieu parce qu’il apporta des fruits, tandis que celui d’Abel fut accepté parce qu’il apporta « le premier-né de son troupeau » (Genèse 4 : 4-5). Après le retrait des eaux du déluge, Noé sacrifia des animaux pour Dieu (Genèse 8 : 20-21).

Dieu demanda à la nation d’Israël d’effectuer de nombreux sacrifices selon certains rites précis prescrits par Dieu lui-même. Premièrement, l’animal devait être sans tache. Deuxièmement, la personne qui offrait le sacrifice devait s’identifier avec l’animal. Troisièmement, la personne qui offrait le sacrifice devait lui infliger la mort. Quand cela était réalisé dans la foi, le sacrifice assurait le pardon des péchés. Un autre sacrifice, exigé le Jour de l’Expiation, et qui est décrit dans Lévitique 16, explique le pardon du péché et son effacement. Le grand sacrificateur devait prendre deux boucs comme sacrifice d’expiation. L’un des deux boucs était sacrifié comme offrande expiatoire pour le peuple d’Israël (Lévitique 16 : 15), tandis que l’autre bouc était relâché dans le désert (Lévitique 16 : 20-22) : l’offrande expiatoire assurait le pardon, tandis que l’autre bouc emportait avec lui toutes les iniquités.

Alors, pourquoi n’offrons-nous plus de sacrifices d’animaux aujourd’hui ? Les sacrifices d’animaux ont cessé parce que Jésus-Christ a été le sacrifice définitif et parfait. Jean le Baptiste reconnut cela lorsqu’il vit Jésus venir à lui pour être baptisé en disant : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 : 29). Vous vous posez peut-être la question « pourquoi des animaux ? » Qu’ont-ils fait de mal ? Mais justement, ils n’ont rien fait de mal, ils sont seulement morts à la place de celui qui a offert le sacrifice. Jésus-Christ non plus n’avait rien fait de mal mais il s’est volontairement offert Lui-même pour les péchés de l’humanité (1 Timothée 2 : 6). Jésus-Christ a pris sur Lui notre péché et Il est mort à notre place. Comme l’affirme 2 Corinthiens 5 : 21, « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu ». Par la foi en ce que Jésus a accompli à la croix, nous pouvons recevoir le pardon de nos péchés.

En résumé, les sacrifices d’animaux ont été commandés par Dieu afin que toute personne puisse expérimenter le pardon des péchés. L’animal servait de substitut – ce qui signifie que l’animal mourait en lieu et place du pécheur, mais cela de façon temporaire ; c’est la raison pour laquelle les sacrifices devaient être renouvelés maintes et maintes fois. Les sacrifices d’animaux se sont arrêtés avec Jésus-Christ. Jésus-Christ a été le dernier substitut sacrificiel, une fois pour toutes (Hébreux 7 : 27) ; Il est devenu maintenant le seul médiateur entre Dieu et l’humanité (1 Timothée 2 : 5). Les sacrifices d’animaux préfiguraient le sacrifice de Christ en notre faveur. L’unique raison pour laquelle un animal pouvait procurer le pardon des péchés, c’est à cause de Christ qui allait se sacrifier Lui-même pour nos péchés ; nous obtenant ainsi le pardon des péchés que les sacrifices d’animaux ne pouvaient que préfigurer et annoncer.


Retour à la page d’accueil Français

Pourquoi Dieu a-t-il demandé des sacrifices d’animaux dans l’Ancien Testament ?