Quelles sont les différences entre l’Ancien et le Nouveau Testament ?



 


Question : « Quelles sont les différences entre l’Ancien et le Nouveau Testament ? »

Réponse :
La Bible forme un seul livre, mais il y a néanmoins des différences entre l’Ancien et le Nouveau Testament, qui se complètent de bien des manières. L’Ancien Testament pose les fondations sur lesquels bâtit le Nouveau, avec de nouvelles révélations de Dieu. L’Ancien Testament établit des principes qui illustrent des vérités du Nouveau. L’Ancien Testament contient de nombreuses prophéties accomplies dans le Nouveau. L’Ancien Testament raconte l’histoire d’un peuple, le Nouveau, celle d’une personne. L’Ancien Testament manifeste la colère de Dieu contre le péché (avec quelques brefs aperçus de sa grâce), le Nouveau montre sa grâce pour les pécheurs (avec quelques brefs aperçus de sa colère).

L’Ancien Testament annonce la venue d’un Messie (voir Ésaïe 53) révélé par le Nouveau (Jean 4.25-26). L’Ancien Testament raconte comment Dieu a donné sa Loi et le Nouveau montre comment Jésus, le Messie, l’a accomplie (Matthieu 5.17, Hébreux 10.9). Dans l’Ancien Testament, Dieu interagit surtout avec les Juifs, son peuple élu, alors que dans le Nouveau, il interagit surtout avec son Église (Matthieu 16.18). Les bénédictions physiques promises par l’Ancienne Alliance (Deutéronome 29.9) sont remplacées par les bénédictions spirituelles de la Nouvelle Alliance (Éphésiens 1.3).

Les prophéties de l’Ancien Testament relatives à la venue du Christ, malgré leur précision exceptionnelle, conservent néanmoins une certaine ambiguïté, que le Nouveau Testament vient lever. Par exemple, le prophète Ésaïe a annoncé la mort du Messie (Ésaïe 53) et l’avènement du royaume messianique (Ésaïe 26), mais sans aucune précision d’ordre chronologique indiquant que les deux événements auraient lieu à plusieurs millénaires d’intervalle. Dans le Nouveau Testament, on comprend clairement que le Messie devait venir deux fois : d’abord pour souffrir et mourir (et ressusciter), puis ensuite pour établir son royaume.

Parce que la révélation divine est progressive, le Nouveau Testament développe davantage des principes que l’Ancien ne fait qu’aborder. Le livre des Hébreux, par exemple, montre en quoi Jésus est le véritable souverain sacrificateur et comment son sacrifice remplace tous les sacrifices antérieurs, qui n’en étaient que de simples préfigurations. L’agneau pascal de l’Ancien Testament (Esdras 6.20) devient l’Agneau de Dieu du Nouveau Testament (Jean 1.29). L’Ancien Testament donne la Loi, le Nouveau met en évidence que son rôle était de montrer aux hommes leur besoin d’être sauvés et qu’elle n’était jamais censée être le moyen du salut (Romains 3.19).

Dans l’Ancien Testament, Adam a été chassé du paradis ; dans le Nouveau, le second Adam (Christ) nous en rouvre les portes. L’Ancien Testament déclare que l’homme est séparé de Dieu à cause de son péché (Genèse 3), le Nouveau Testament ajoute que leur relation peut être restaurée (Romains 3-6). L’Ancien Testament annonce la venue du Messie, les Évangiles racontent sa vie et les Épîtres interprètent sa vie et nous montrent comment répondre à tout ce qu’il a fait.

Pour résumer, l’Ancien Testament pose les fondements pour la venue du Messie, qui se sacrifierait pour les péchés du monde (1 Jean 2.2), tandis que le Nouveau raconte le ministère de Jésus avant de revenir sur ce qu’il a fait et sur la manière dont nous devons réagir. Les deux Testaments révèlent le même Dieu saint, miséricordieux et juste, qui condamne le péché, mais veut sauver les pécheurs par un sacrifice expiatoire. Dans les deux Testaments, Dieu se révèle à nous et nous montre comment venir à lui par la foi (Genèse 15.6, Éphésiens 2.8.8).


Retour à la page d'accueil en français

Quelles sont les différences entre l’Ancien et le Nouveau Testament ?