GotQuestions.org/Francais



Question : « L’âme humaine est-elle mortelle ou immortelle ? »

Réponse :
Sans aucun doute possible, l’âme humaine est immortelle, comment le montrent clairement de nombreux passages de l’Ancien comme du Nouveau Testaments : Psaumes 22.26, 23.6, 49.7-9, Ecclésiaste 12.7, Daniel 12.2-3, Matthieu 25.46 et 1 Corinthiens 15.12-19. Daniel 12.2 dit : « Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte, pour l’horreur éternelle. » De même, Jésus lui-même a dit que les méchants « iront à la peine éternelle, tandis que les justes iront à la vie éternelle » (Matthieu 25.46). Le même terme grec est employé en référence à la « peine » et à la « vie, » ce qui montre donc clairement que l’âme des méchants comme celle des justes est éternelle et immortelle.

La Bible enseigne sans équivoque que tous les hommes, sauvés ou non, auront une existence éternelle, au ciel ou en enfer. La vraie vie ou la vie spirituelle ne s’arrête pas à la mort de notre corps charnel : nos âmes vivront éternellement, soit au ciel en la présence de Dieu si nous sommes sauvés, soit en enfer, lieu de châtiment, si nous rejetons le don du salut fait par Dieu. En fait, la Bible promet que non seulement nos âmes vivront éternellement, mais aussi que nos corps ressusciteront. Cette espérance d’une résurrection dans la chair est au cœur de la foi chrétienne (1 Corinthiens 15.12-19).

Si nos âmes sont immortelles, il est important de rappeler que nous ne sommes pas éternels de la même manière que Dieu. Dieu est le seul être véritablement éternel, dans le sens où lui seul est sans commencement ni fin. Il a toujours existé et existera toujours. Toutes les autres créatures, humaines ou angéliques, sont finies en ce qu’elles ont eu un commencement. Si nos âmes sont destinées à vivre éternellement une fois que nous venons au monde, la Bible n’enseigne pas qu’elles ont toujours existé. Nos âmes sont immortelles, car c’est ainsi que Dieu les a créées, mais elles ont eu un commencement ; il fut un temps où elles n’existaient pas encore.