GotQuestions.org/Francais



Question : « En quoi le péché mérite-t-il un juste châtiment en enfer ? »

Réponse :
Cette question en dérange beaucoup qui n’ont qu’une compréhension partielle de trois choses : la nature de Dieu, celle de l’homme et celle du péché. Les êtres humains déchus et pécheurs que nous sommes ont beaucoup de mal à comprendre la nature de Dieu. Nous avons tendance à percevoir Dieu comme un être bon et miséricordieux, dont l’amour pour nous surpasse et cache tous les autres attributs. Bien sûr, Dieu est un Dieu aimant, bon et miséricordieux, mais il est avant tout un Dieu saint et juste. Il est si saint qu’il ne peut pas tolérer le péché. Sa colère s’enflamme contre les iniques et tous ceux qui lui désobéissent (Ésaïe 5.25, Osée 8.5, Zacharie 10.3). Il n’est pas qu’un Dieu aimant : il est l’amour incarné ! Mais la Bible nous dit aussi qu’il hait toute forme de péché (Proverbes 6.16-19). Il est miséricordieux, mais il y a des limites à sa miséricorde. « Recherchez l’Éternel pendant qu’il se laisse trouver ! Faites appel à lui tant qu’il est près ! Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme injuste ses pensées ! Qu’il retourne à l’Éternel : il aura compassion de lui. Qu’il retourne à notre Dieu, car il pardonne abondamment. » (Ésaïe 55.6-7)

L’humanité est corrompue par le péché et tout péché est une offense contre Dieu. Après que David a péché en commettant l’adultère avec Batcheba et en faisant tuer Urie, il a fait une prière qui mérite toute notre attention : « J’ai péché contre toi, contre toi seul, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux. » (Psaumes 51.6) Comment pouvait-il affirmer cela ? N’avait-il pas péché aussi contre Bath-Shéba et Urie ? Il avait compris que tout péché est en définitive une offense contre Dieu. Dieu est un être éternel et infini (Psaumes 90.2), par conséquent, tout péché exige un châtiment éternel. Notre péché a constitué un affront à la sainteté, à la perfection et à l’infinitude de Dieu. Bien que nos péchés paraissent limités dans le temps à nos esprits finis, pour Dieu, qui est en-dehors du temps, le péché qu’il hait demeure éternellement. Notre péché est éternellement devant lui et doit être puni éternellement pour satisfaire sa sainte justice.

Nul ne comprend mieux cela que celui qui est déjà en enfer. Le meilleur exemple en est l’histoire de l’homme riche et de Lazare : tous deux sont morts, mais l’homme riche est allé en enfer tandis que Lazare est allé au paradis (Luc 16). L’homme riche savait évidemment que ses péchés n’avaient été commis qu’au cours de sa vie terrestre, mais il est intéressant de constater qu’il ne se demande jamais comment il est arrivé ici, car cette question ne se pose jamais en enfer. Il ne dit pas : « Ai-je réellement mérité cela ? N’est-ce pas un peu extrême, un peu excessif ? » Tout ce qu’il demande, c’est que quelqu’un aille avertir ses frères qui sont encore vivants de ce qui les attend.

Comme l’homme riche, chaque pécheur en enfer est pleinement conscient qu’il n’a que ce qu’il mérite. Nous avons tous une conscience profonde, très vive et sensible, qui nous tourmente en enfer. C’est d’ailleurs exactement cela la torture de l’enfer : le fait d’être pleinement conscient de son péché, sous l’accusation incessante de sa conscience, sans aucune rémission possible, pas même un seul instant. La culpabilité du péché engendre la honte et une haine de soi constantes. L’homme riche savait que le châtiment éternel d’une vie de péché était justifié et mérité, c’est pourquoi il n’a jamais protesté ni contesté le bien-fondé de sa présence en enfer.

Les réalités de la damnation éternelle, de l’enfer éternel et du châtiment éternel effraient et dérangent. Il est bon que nous soyons terrifiés. Même si cela peut nous paraître horrible, il y a une bonne nouvelle : Dieu nous aime (Jean 3.16) et veut que nous soyons sauvés de l’enfer (2 Pierre 3.9). Mais, parce qu’il est aussi justice et droiture, il ne peut pas laisser notre péché impuni. Quelqu’un doit en payer le prix. Dans sa grande miséricorde et son amour pour nous, Dieu a lui-même payé le prix de nos péchés : il a envoyé son Fils Jésus-Christ prendre sur lui notre punition et mourir sur la croix à notre place. La mort de Jésus fut une mort infinie, parce qu’il est l’homme-Dieu infini qui a payé la dette infinie de nos péchés, pour que nous ne soyons pas condamnés à passer l’éternité en enfer (2 Corinthiens 5.21). Si nous confessons nos péchés et mettons notre foi en Christ, en demandant à Dieu de pardonner nos péchés à cause de son sacrifice, nous serons sauvés, pardonnés, purifiés et aurons la promesse d’une demeure éternelle au ciel. Dieu nous a tant aimés qu’il a pourvu au moyen de notre salut, mais si nous rejetons son don de la vie éternelle, nous subirons les conséquences éternelles de cette décision.