Que dit la Bible de l’avortement ?



 


Question : « Que dit la Bible de l’avortement ? »

Réponse :
La Bible n’aborde pas directement le sujet de l’avortement, mais beaucoup de passages bibliques montrent très clairement ce que Dieu en pense. Jérémie 1.5 nous dit que Dieu nous connaît avant même de nous former dans le sein maternel. Les versets 13-16 du Psaume 139 décrivent le rôle actif que Dieu a joué dans notre création et notre formation intra-utérine. Exode 21.22-25 prescrit la même peine, la mort, pour quelqu’un qui provoque la mort d’un bébé dans le sein de sa mère que pour un meurtrier, ce qui montre clairement que Dieu considère un bébé dans le sein de sa mère comme un être humain à part entière. Pour un chrétien, l’avortement n’est pas une question de libre choix de la femme : c’est une question de vie ou de mort d’un homme créé à l’image de Dieu (Genèse 1.26-27, 9.6).

Le premier argument qui toujours avancé contre la position chrétienne sur l’avortement est : « Mais en cas de viol et/ou d’inceste ? » Si atroce que soit une grossesse consécutive à un viol et/ou à un inceste, le meurtre du bébé est-il pour autant la solution ? On ne peut réparer une injustice par une autre. L’enfant né d’un viol ou d’un inceste peut être donné en adoption à une famille aimante incapable de concevoir ses propres enfants, ou encore élevé par sa mère. Encore une fois, l’enfant est innocent et ne doit pas servir de bouc-émissaire pour le crime de son père.

Un autre argument courant est : « Et si la santé de la mère en en danger ? » En toute honnêteté, c’est la question la plus difficile concernant l’avortement. D’abord, il faut garder à l’esprit que ces cas représentent moins de 0,1 % des avortements pratiqués dans le monde aujourd’hui. Bien plus de femmes se font avorter par convenance personnelle que pour sauver leur vie. Ensuite, souvenons-nous que Dieu est un Dieu de miracles, qui peut sauver la vie de la mère et de l’enfant contre tous les pronostics médicaux. Au final, cette décision est entre le couple et Dieu. Tout couple confronté à cette situation extrêmement difficile doit prier le Seigneur pour lui demander la sagesse (Jacques 1.5) et qu’il leur montre sa volonté.

Plus de 95 % des avortements pratiqués dans le monde aujourd’hui concernent des femmes qui ne veulent tout simplement pas avoir d’enfant. Moins de 5 % sont consécutifs à un viol, un inceste ou pour sauver la vie de la mère. Même dans les 5 % de cas difficiles, l’avortement ne doit jamais être le premier choix envisageable : la vie d’un être humain dans le sein maternel vaut bien qu’on fasse tous les efforts pour lui permettre de naître.

Ceux qui ont avorté doivent se souvenir que ce péché n’est pas moins pardonnable que tous les autres. Par la foi en Christ, tous les péchés peuvent être pardonnés (Jean 3.16, Romains 8.1, Colossiens 1.14). Une femme qui a avorté, un homme qui l’y a encouragée, ou même un médecin qui a pratiqué un avortement, peuvent tous être pardonnés par la foi en Jésus-Christ.


Retour à la page d'accueil en français

Que dit la Bible de l’avortement ?