L’homme est-il réellement doté du libre-arbitre ?



 


Question : « L’homme est-il réellement doté du libre-arbitre ? »

Réponse :
Si, par libre-arbitre, on entend la capacité de faire des choix qui affectent réellement leur destinée, alors oui, les hommes sont dotés du libre-arbitre. L’état actuel du monde, marqué par le péché, est directement lié aux choix d’Adam et Ève. Dieu a créé l’humanité à son image, ce qui impliquait la possibilité de faire des choix.

Mais cela ne veut pas pour autant dire que l’homme peut faire tout ce qui lui plaît. Nos choix sont limités par notre nature. Par exemple, un homme peut choisir de traverser un pont ou pas, mais il ne peut pas choisir de le survoler, car sa nature l’empêche de voler. De même, l’homme ne peut se justifier lui-même : sa nature (pécheresse) l’empêche de surmonter sa culpabilité (Romains 3.23). Nous ne jouissons donc pas d’un libre-arbitre illimité, de par notre nature.

Si ces limites existent, nous n’en sommes pas moins responsables de nos actes. La Bible dit clairement que non seulement nous avons l’aptitude de choisir, mais nous avons aussi la responsabilité de faire le bon choix. Dans l’Ancien Testament, Dieu a choisi une nation (Israël), mais chaque membre de cette nation avait toujours l’obligation de choisir personnellement d’obéir à Dieu, de même que des personnes extérieures à Israël (comme Ruth et Rahab) pouvaient également choisir de croire et de suivre Dieu.

Le Nouveau Testament appelle à plusieurs reprises les pécheurs à « se repentir » et à « croire » (Matthieu 3.2, 4.17, Actes 3.19, 1 Jean 3.23). Chaque appel à la repentance est un appel à choisir, mais l’ordre de croire implique que celui qui l’entend peut choisir d’y obéir ou non.

Jésus a identifié le problème de certains incroyants en leur disant : « Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! » (Jean 5.40) Il est évident qu’ils auraient pu le faire s’ils l’avaient voulu, mais leur problème était qu’ils avaient choisi de ne pas faire ce pas. « Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi » (Galates 6.7), et ceux qui se sont exclus du salut sont « inexcusables » (Romains 1.20-21).

Comment donc l’homme, limité par sa nature pécheresse, peut-il choisir de faire le bien ? Il n’est libre de choisir le salut (Jean 15.16) que par la grâce et la puissance de Dieu. C’est le Saint-Esprit qui agit en lui et par lui, pour le régénérer (Jean 1.12-13) et lui conférer une nouvelle nature « créé[e] selon Dieu dans la justice et la sainteté que produit la vérité » (Éphésiens 4.24). Le salut est l’œuvre de Dieu. En même temps, nos intentions, nos désirs et nos actes sont volontaires, si bien que nous en sommes tenus pour responsables à juste titre.


Retour à la page d'accueil en français

L’homme est-il réellement doté du libre-arbitre ?