Le monothéisme peut-il être prouvé ?



 


Question : « Le monothéisme peut-il être prouvé ? »

Réponse :
Le terme « monothéisme » vient de deux termes : « mono, » qui signifie « unique, » et « théisme » qui signifie « croyance en Dieu. » Le monothéisme est donc la croyance en un seul Dieu, qui est le Créateur, le soutien et le juge de toute sa création. Le monothéisme s’oppose à l’« hénothéisme, » qui est la croyance en de nombreux dieux, avec un Dieu suprême, de même qu’au polythéisme, qui est la croyance en plusieurs dieux.

Il existe de nombreux arguments en faveur du monothéisme, tirés de la révélation spéciale (les Écritures), de la révélation naturelle (la philosophie) et de l’anthropologie historique. Ceux-ci seront expliqués brièvement ci-dessous, mais cette liste n’est en aucun cas exhaustive.

Arguments bibliques – Deutéronome 4.35 : « Et toi, tu as eu la possibilité de voir cela afin que tu reconnaisses que c’est l’Éternel qui est Dieu et qu’il n’y en a pas d’autre que lui. » Deutéronome 6.4 : « Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. » Malachie 2.10a : « N’avons-nous pas tous un seul père ? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? » 1 Corinthiens 8.6 : « Néanmoins, pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous vivons, et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui tout existe et par qui nous vivons. » Éphésiens 4.6 : « un seul Dieu et Père de tous. Il est au-dessus de tous, agit à travers tous et habite en tous. » 1 Timothée 2.5 : « En effet, il y a un seul Dieu et il y a aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, Jésus-Christ. » Jacques 2.19 : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien ; les démons aussi le croient, et ils tremblent ».

Évidemment, pour beaucoup de gens, les citations bibliques ne suffiront pas à prouver qu’il n’y a qu’un seul Dieu, car sans Dieu, il n’y a aucun moyen de prouver que la Bible est sa Parole. On pourrait cependant répondre que, puisque des preuves surnaturelles confirment l’enseignement biblique, cela suffit à établir le monothéisme. Les croyances et l’enseignement de Jésus-Christ, qui a prouvé qu’il était Dieu (ou du moins approuvé de lui) par sa naissance miraculeuse, sa vie et le miracle de sa résurrection, constituent un argument similaire. Dieu ne peut mentir ou se tromper ; par conséquent, ce que Jésus croyait et enseignait est vrai. Par conséquent, le monothéisme, auquel Jésus croyait et qu’il enseignait, est vrai. Ces arguments ne sembleront peut-être pas très convaincants à ceux qui ne sont pas familiers des preuves surnaturelles de l’autorité des Écritures et de Christ, mais elles constituent un bon point de départ pour qui les connaît.

Arguments historiques – Les arguments fondés sur la popularité sont évidemment suspects, mais il est intéressant de voir à quel point le monothéisme a influencé les religions du monde. La théorie populaire de l’évolution des religions découle d’une vision évolutionniste de la réalité en général et des présupposés de l’anthropologie évolutionniste qui considère les cultures dites primitives comme représentant les premières étapes du développement religieux. Mais cette théorie fondée sur l’évolutionnisme pose plusieurs problèmes.

(1) Le développement qu’elle décrit n’a jamais été observé ; en fait, on ne constate d’évolution vers le monothéisme dans aucune culture, mais plutôt le contraire.

(2) La définition d’une société « primitive » d’après cette méthode anthropologique se limite au développement technologique, un critère qui n’est guère satisfaisant étant donné qu’une culture est constituée de tant d’éléments différents.

(3) Les étapes présumées sont souvent manquantes ou ignorées.

(4) Enfin, la plupart des cultures polythéistes montrent des vestiges de monothéisme au début de leur développement.

On trouve une croyance monothéiste en un Dieu personnel, masculin, qui vit dans le ciel, a une grande connaissance et un grand pouvoir, a créé le monde, est l’auteur d’une loi morale que nous devons respecter et à laquelle nous avons désobéi, ce qui nous a éloignés de lui, mais qui a également pourvu à un moyen de réconciliation. Dans pratiquement toutes les religions, on retrouve une variante d’un tel Dieu à un moment donné de son histoire, avant que cette religion n’évolue vers le chaos du polythéisme. Ainsi, il semble que la plupart des religions aient été à la base monothéistes avant d’évoluer vers le polythéisme, l’animisme, et la magie, plutôt que l’inverse. (L’islam est un cas exceptionnel de boucle bouclée par un retour au monothéisme.) Même ainsi, le polythéisme est souvent fonctionnellement monothéiste ou hénothéiste. Peu de religions polythéistes ne considèrent pas un dieu comme au-dessus de tous les autres, les divinités inférieures n’étant que des intermédiaires.

Arguments philosophiques et théologiques – De nombreux arguments philosophiques montrent l’impossibilité de l’existence de plusieurs dieux. Beaucoup d’entre eux dépendent en grande partie de nos idées métaphysiques sur la nature de la réalité. Malheureusement, il n’est pas possible de les développer au sein d’un article, puis de montrer ce qu’elles impliquent par rapport au monothéisme ; mais rassurez-vous : ces vérités millénaires ont de solides fondements philosophiques et théologiques (pour la plupart assez évidents). En bref, voici trois arguments qu’on pourrait approfondir :

(1) S’il y avait plus d’un Dieu, l’univers serait en désordre à cause de multiples créateurs et de leur autorité ; or, il n’est pas en désordre ; donc, il n’y a qu’un seul Dieu.

(2) Puisque Dieu est un être entièrement parfait, il ne peut y en avoir un autre, parce qu’ils devraient être différents d’une manière ou d’une autre et que différer de la perfection absolue, c’est ne pas être parfais, donc ne pas être Dieu.

(3) Puisque Dieu est infini dans son existence, il ne peut avoir de parties (car des parties ne peuvent être ajoutées à l’infini). Si l’existence de Dieu n’est pas qu’une partie de lui (comme c’est le cas de tout ce qui peut exister ou non), alors elle doit être infinie. Il ne peut donc y avoir deux êtres infinis, car ils différeraient l’un de l’autre.

On pourrait répondre que la plupart de ces arguments n’excluraient pas la possibilité de divinités inférieures, ce qui est juste. Même si nous savons par la Bible que c’est faux, cela ne pose pas problème en théorie. Autrement dit, Dieu aurait pu créer des divinités inférieures, mais il ne l’a pas fait. S’il l’avait fait, ces divinités ne seraient que des créatures limitées, probablement un peu comme des anges (Psaumes 82). Cela n’affaiblit pas les arguments en faveur du monothéisme, qui ne dit pas qu’il ne peut y avoir d’autres êtres spirituels, seulement qu’il ne peut y avoir plus d’un Dieu.


Retour à la page d'accueil en français

Le monothéisme peut-il être prouvé ?